Charte de la communauté de pratique en surdicécité

CHARTE DE COLLABORATION DE

LA COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE EN SURDICÉCITÉ

RÉVISION 2018

La communauté de pratique (CdP) en surdicécité est née en 2016 d’un projet innovant en soutien aux intervenants du programme surdicécité, programme conjoint INLB-IRD (Institut Nazareth et Louis-Braille – Institut Raymond Dewar), respectivement installations du CISSS de la Montérégie-Centre et du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. En 2018, DeafBlind Ontario Services se joint à la CdP afin de collaborer à la version en langue anglaise de la plateforme.

Cette charte énonce les définitions de référence de la surdicécité, la définition d’une CdP, la mission de la communauté, le profil de ses membres ainsi que les conditions gagnantes pour son évolution, afin que ses membres soient coresponsables de son succès. Elle s’inspire de la charte de la CdP de veille en santé et services sociaux du Québec[1] ainsi que de celle de la Métacommunauté de pratique en santé. Lorsque la charte est mise à jour, la nouvelle version est soumise à l’approbation des membres.

1.    DÉFINITIONS DE RÉFÉRENCE DE LA SURDICÉCITÉ

1.1      DeafBlind International

« The term deafblindness describes a condition that combines in varying degrees both hearing and visual impairment. Two sensory impairments multiply and intensify the impact of each other creating a severe disability which is different and unique.

All people who are deafblind experience problems with communication, access to information and mobility. However, their specific needs vary enormously according to age, onset and type of deafblindness.

People who are deafblind are unable to use one sense to fully compensate for the impairment of the other. Thus they will require services which are different from those designed exclusively for either people who are blind or people who are deaf.

Congenital Deafblindness is a description applied to people who are born with both hearing and visual impairments or became deafblind before developing language. A large majority of this population also have diverse degrees of intellectual impairment.

Acquired deafblindness applies to people who are blind and develop a hearing impairment after developing language; people who were hearing impaired and later developed a vision loss; and people who were sighted and hearing but have developed vision and hearing impairments from any number of causes including accident and old age[2].

1.2             Programme surdicécité INLB/IRD

« La surdicécité est une condition unique combinant des déficiences visuelle et auditive chez une même personne.  Ces déficiences peuvent être de sévères à totales pour l’une ou l’autre ou pour les deux à la fois. La surdicécité est surtout une condition acquise mais peut aussi être congénitale. Les impacts de la surdicécité acquise affectent les habitudes de vie de la personne sourde-aveugle liées à l’accès à l’information, à la communication, aux déplacements, aux activités de la vie quotidienne et aux relations sociales. La surdicécité congénitale est fréquemment accompagnée par d’autres déficiences et elle affecte l’ensemble des aspects du développement de l’enfant sourd-aveugle[3]. »

2.    DÉFINITION D’UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE

Une communauté de pratique  est un « … groupe de personnes qui se rassemblent afin de partager et d’apprendre les uns des autres, face à face ou virtuellement. Ils sont tenus ensemble par un intérêt commun dans un champ de savoir et sont conduits par un désir et un besoin de partager des problèmes, des expériences, des modèles, des outils et les meilleures pratiques. Les membres de la communauté approfondissent leurs connaissances en interagissant sur une base continue et à long terme, ils développent un ensemble de bonnes pratiques [4]. »

3.    MISSION

Détenteurs d’une expertise rare en surdicécité et préoccupés par le transfert des connaissances, les membres de la CdP en surdicécité visent à : 1) réunir sur une plateforme virtuelle les connaissances sur la surdicécité qui émanent des membres eux-mêmes mais également de la littérature scientifique; 2) partager ces connaissances ou en coconstruire de nouvelles; 3) interagir en mode virtuel ou présentiel et 4) contribuer ainsi au soutien des pairs.

4.      MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE

4.1 – Caractéristiques et profil

Les membres sont des professionnels ou des techniciens[5] de la santé ou des services sociaux, des enseignants, chercheurs, gestionnaires ou étudiants œuvrant dans le domaine de la surdicécité au sein d’organisations dédiées à la réadaptation, du milieu universitaire ou scolaire ou de centres de recherche.

Ils sont mus par une volonté de partage et de transfert des connaissances basées sur les données ou les pratiques probantes dans leur domaine d’activité.

4.2 – Intégration des nouveaux membres

Après lecture de la charte disponible sur la page consacrée à la CdP dans le site INLB (adresse URL à ajouter), le candidat a la possibilité de soumettre sa candidature par courriel au comité d’admission qui recommuniquera avec lui.

5.    OFFRE AUX MEMBRES

  • Adhésion gratuite;
  • Accès au profil des membres;
  • Accès à des notices bibliographiques spécialisées en surdicécité;
  • Infolettre trimestrielle;
  • Participation à des activités en mode présentiel ou virtuel. 

6.    ENGAGEMENT DES MEMBRES AU SUCCÈS DE LA COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE

Chaque membre s’engage à :

  • Partager des connaissances en matière de surdicécité.
  • Respecter les principes énoncés dans cette charte et signer cette dernière au moment de son adhésion.
  • Participer de façon active et constructive aux échanges de la communauté.
  • Communiquer de façon respectueuse avec les autres membres.
  • S’inscrire à la plateforme lors de son adhésion et remplir puis tenir à jour sa fiche personnelle dans le bottin des membres de la CdP, tout en acceptant le partage de cette fiche avec les autres membres.
  • Ne pas transmettre son identifiant ni son mot de passe pour la plateforme.

7.    RÔLES ET FONCTIONNEMENT

L’INLB assure le leadership de la CdP et héberge sa plateforme.

Les orientations et les actions de la communauté sont issues d’un fonctionnement par consensus et par l’engagement de ses membres.

7.1      PLATEFORME DE COLLABORATION

Cette plateforme centralise les profils des membres, recense les connaissances publiées en surdicécité et permet aux membres d’interagir dans une perspective de partage et de coconstruction des connaissances.

La plateforme retenue est WordPress. Elle a été personnalisée par les services informatiques de l’Institut Nazareth et Louis-Braille afin de la rendre conforme : 1) aux besoins des membres; 2) à l’utilisation anticipée dans le cadre des activités de la CdP ainsi que 3) aux critères d’accessibilité.

Un tutoriel sous forme de questions/réponses en explique les fonctionnalités. Il  est accessible à partir de la page d’accueil de la plateforme.

7.2    PARTAGE DE L’INFORMATION

7.2.1 – Documents mis par défaut à la disposition de tous les membres

  • Ce sont d’une part des fiches signalétiques répertoriant des études ou présentations publiées dans le respect de la Loi sur le droit d’auteur. Sauf indication contraire, ces fiches sont utilisables sans restriction.
  • Ce sont d’autre part les fiches de profil des membres. Celles-ci sont à l’usage exclusif des membres de la CdP.

7.2.2 – Documents partagés par un membre ou un groupe de membres

  • Les documents partagés par un membre ou un groupe de membres sur la plateforme de la CdP sont en format PDF et font mention de leur(s) auteur(s).
  • Il est de la responsabilité du membre qui partage un document de préciser l’utilisation et la diffusion qui peuvent en être faites. Pour ce faire, il pourra y apposer la licence Creative Commons appropriée.
  • Il est de la responsabilité des autres membres de respecter les indications du membre contributeur quant à l’utilisation et à la diffusion de ce même document telles que stipulée dans la licence Creative Commons
  • Les membres sont tenus de respecter la Loi sur le droit d’auteur.
  • Lorsqu’un membre souhaite utiliser en tout ou en partie un texte ou un document partagé par un autre membre, il doit, sauf si l’utilisation est en libre de droit, demander par écrit l’autorisation à l’auteur, conserver la réponse reçue et dûment identifier la source dans son propre document.

7.2.3 – Documents produits et connaissances coconstruites par les membres dans le cadre de la CdP

  • Ces documents sont produits à l’aide d’un gabarit contenant l’identité visuelle de la CdP.
  • Les membres de la CdP décident du statut d’utilisation et de diffusion d’un document ou de connaissances coproduits dans le cadre des activités de la communauté et le stipulent clairement.
  • Un membre de la CdP (et l’organisation à laquelle il est rattaché) ne devrait jamais avoir le droit exclusif d’utilisation ou de diffusion d’un document produit grâce à la contribution de plusieurs membres ou au nom de la communauté.

7.3      COMMUNICATIONS

7.3.1 – Communications internes

  • Les communications et le partage de documents avec l’ensemble des membres s’effectuent prioritairement à l’aide de la plateforme collaborative.
  • Une infolettre trimestrielle est diffusée à l’ensemble des membres.

7.3.2 – Communications externes

  • Les demandes d’information générale concernant la CdP et provenant de l’externe doivent être acheminées à l’animatrice qui en assurera le suivi.
  • Les demandes particulières (projets, sollicitation des membres) provenant de l’externe doivent être soumises à l’ensemble des membres lors d’une rencontre ou par l’entremise de communications électroniques.
  • L’identité visuelle de la CdP doit être utilisée pour toute communication officielle de la communauté ainsi que sur les documents produits par la communauté.

7.4      RENCONTRES

  • La fréquence des rencontres entre les membres de la CdP dépend de la programmation des activités. Elles ont lieu soit en mode présentiel, soit en mode virtuel, soit en mode combiné.

8.    ÉVALUATION DE LA COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE

Dans une optique d’amélioration continue, la communauté de pratique s’engage à s’évaluer périodiquement afin de s’assurer qu’elle répond aux besoins évolutifs de ses membres.

J’ai pris connaissance et je m’engage à respecter les principes énoncés dans cette charte afin de contribuer activement à sa mission, à son évolution et à son succès.

[1] Communauté de pratique de veille en santé et services sociaux du Québec. (2011). Charte de collaboration.

[2] DeafBlind International Guidelines on Best Practice for Service Provision to DeafBlind People.

[3] Gilles Lefebvre, programme surdicécité IRD-INLB, 2016.

[4] Wenger et al., 2002.

[5] Comprenant les Intervenors, personnes dûment formées qui favorisent la participation sociale des usagers en leur rendant accessible l’information visuelle et sonore.